Frais de ports offerts en France Métropolitaine

GALERIE INCOGNITO AIME ANTON CORBIJN

GALERIE INCOGNITO AIME ANTON CORBIJN

octobre 04, 2021

“La perfection coupe le souffle d'une photo. 

Je pense que les miennes respirent.”

- Anton Corbijn

Nick Cave, Tom Waits, les Rolling Stones, Depeche Mode, U2, Patti Smith, R.E.M., Metallica, Arcade Fire, David Bowie, Miles Davis... ces artistes ont tous défilé un jour devant l'objectif d'Anton Corbijn. Ses portraits charbonneux, clichés iconiques et témoignages éternels d’une époque révolue ont su capter l’univers du rock et ses visages mythiques mieux que personne et on fait de lui un des plus grands photographes de sa génération. Depuis les années 1970, Hasselblad ou Leica en main, Corbijn scande l'intimité et la grâce des plus grands artistes de la planète, et nous raconte la face cachée et poétique des êtres humains qu’ils sont avant toute chose. Focus sur une légende de la photographie.

Nick Cave 1966 - Anton Corbijn 

David Bowie (mask), Montreal, 2013 - Anton Corbijn 

Miles Davis 1985 - Anton Corbijn

 

PREMIERS CLICHÉS

J’aimais tellement la musique que mon appareil photo était une manière privilégiée d'accéder à ce milieu qui me semblait inaccessible. - Anton Corbijn

  U2 - Anton Corbijn

Anton Corbijn est un photographe et réalisateur néerlandais, né en 1955 à Strijen, petit village de la province des Pays-Bas. Fils d’un enfant pasteur, Corbijn est un enfant particulièrement solitaire et découvre les vertus de la musique. Il écoute beaucoup de disques, des Beatles et de Janis Joplin, étudie minutieusement leurs pochettes et se rêve déjà photographe musical, pour pénétrer ce monde intime et mystérieux qui le fascine.

 

"J’ai grandi sur une petite île où il ne se passait jamais rien. Gamin, j’avais terriblement envie de partir pour découvrir le monde. Ce qui m’intriguait le plus, c’était l’univers de la musique. J’écoutais des chansons à la radio et j’étais fasciné. Les chanteurs, les musiciens étaient comme des personnages incroyables. Je voulais savoir à quoi ressemblait leur vie, être à leurs côtés. Je crois que, finalement, la photographie, n’a été qu’un moyen de me plonger dans cet univers. Je mourrais d’envie d’en faire partie."


En 1972, Corbijn surmonte sa timidité et prend ses premiers clichés lors d’un concert du groupe Solution à Groningen, en empruntant l’appareil de son père. Il les envoie au magazine musical hollandais “Music Parade” et contre toute attente de sa part, ses photographies sont publiées dans la foulée. En 1974, il fait la connaissance de Herman Brood, la star locale, et entame ce qui sera sa toute première collaboration artistique. Corbijn commence officiellement sa carrière au mensuel musical Oor en 1977 où il photographie la scène rock néerlandaise avant de s’installer à Londres en 1979, à l'âge de 24 ans, où il évolue dans des conditions précaires. En 1980, il devient le photographe principal du New Musical Express, le plus important magazine rock d’Europe, et continue à se spécialiser dans les portraits de musiciens. Quinze jours après son arrivée, dans le métro de Londres et puis à Manchester, Corbijn fait des séances avec Joy Division et un Ian Curtis. Personne ne veut des photos en question mais apres le suicide tragique de Ian Curtis en 1980, tout le monde appelle soudain Corbijn pour les publier et s’arrache les images. Peu à peu, Corbjin trace sa route et ses clichés en noir et blancs fortement contrastes lui obtiennent une réputation internationale.

 

Joy Division - Anton Corbijn

 

Anton Corbijn

 

LE NOIR ET BLANC CORBIJNIEN

 

" Le noir et blanc nous emmène dans un autre monde… Celui je vis." - Anton Corbijn

 

Corbijn photographie vite et la plupart du temps en noir et blanc. Il doit son style très identifiable -  contrastes prononcés et ombres noires adoucies par un grain délicat - à des contraintes d'époque. “Dans les années 70, la plupart des magazines rock étaient des publications fauchées et n’imprimaient qu’en noir et et blanc", se souvient le photographe. Et sans le numérique, il fallait trancher.  

Peu à peu, ses argentiques charbonneux deviennent sa singularité. 

Mais au-delà des contraintes de base qui l’y ont mené, le noir et blanc sert avant tout les envies minimalistes du photographe et cette necessité profonde qu’il a de raconter l’essence-meme de ceux qu’il capture, une verité pure et insaissisable. Le noir et blanc éclaire, illumine, laisse passer mille et unes nuances, il permet de convoquer une forme de clarté là où la couleur le déstabilise et désordonne ses visions. 

  Mick Jagger - Anton Corbijn

  

Rolling Stones - Anton Corbijn

 

INTIMITÉ ET GRÂCE

 

" Faire un portrait c’est saisir un mystère " - Anton Corbijn

 

Transcender ses personnages, révéler leur humanité et sublimer la fragilité qui se cache sous le costume de scène. Voilà l'ambition profonde de Corbijn et ses photos de Nick Cave et son fils, ou de Nirvana en sont de parfaits témoignages. “Il faut s'adapter à ce que le modèle donne de lui-même et capturer ce moment, dit-il.  "Je ne photographie pas des rock-stars mais des musiciens", recadre-t-il d’emblée, comme si la célébrité des artistes qui posent pour lui menaçait l’intégrité de son travail, ou le réduisait à un statut de photographe people.
En ce qui concerne une méthode particulière, il n’en a pas, sinon celle de saisir un mystère à tout prix, un charme qui échappe à la compréhension. “Il faut savoir raconter quelque chose de rare ou d'inédit sur un artiste” dit-il. Pour cela, il se documente sur les artistes qu’il photographie, s'intéresse à leurs parcours, leurs vies, leur intériorité. “Quand je les rencontrais, j’étais préparé, je savais ce qui se passait dans leur tête. Ça change complètement la manière de regarder quelqu’un, on ne peut plus photographier la personne d’une manière neutre. La photo doit prendre en compte l’histoire de la personne. Ça n’a rien à voir avec le fait de croiser quelqu’un dans la rue et de le photographier comme ça, sur le tas.”
La manière dont il photographie est chaotique mais réfléchie. Presque toujours saisis en extérieurs, rarement sur scène, loin de leurs zones de confort, shootés à la volée, ces clichés racontent quelque chose de plus intime sur les artistes. Il préfère construire ses compositions à la dernière minute, en s’adaptant à ce que le modèle offre de lui-même, et en capturant l’essence même de ce moment. Obstiné, et dévoué, il est prêt à tous les sacrifices pour ces moments de vérité pure. “Pour photographier Miles Davis pendant dix minutes, ça m’a pris quatre jours. J’ai pris un avion pour le Canada et j’ai poireauté pendant deux jours sur place avant d’obtenir le droit de le rencontrer.”

 Nirvana - Anton Corbijn

 

Il faut passer du temps avec eux, les habituer à sa présence. Il faut arriver à se muer en une sorte de membre de leur famille. C’est la seule façon de faire oublier à ceux que l’on photographie qu’il y a un objectif d’appareil photo qui les fixe. On doit se fondre dans le décor. Si on y arrive, on se retrouve à vivre des moments incroyables d’intimité, à immortaliser des instants que personne ne devrait voir. 


Corbijn doit la beauté de ses images au rapport de confiance qu’il parvient à établir avec ses modèles, sans jamais en abuser et à sa capacité à trouver la bonne distance, l’angle narratif le plus puissant. Et il peut mesurer l'authenticité de sa carrière au nombre de liens profonds qu'il a tissés tout au long. “Dans mon travail, j'ai à de nombreuses reprises vécu des choses très fortes avec ceux dont je faisais le portrait”, dit-il.  En effet, Corbijn est de nature très fidèle et ses modèles le lui rendent bien. On pense notamment à sa relation à Herman Brood, la star locale qu’il n’a jamais lâché, de ses débuts jusqu'à sa mort en 2001, ou de son rapport fusionnel à U2, Depeche Mode ou Captain Beefheart dont il est proche depuis très longtemps. Il garde également un souvenir extraordinaire de sa rencontre avec Ai WeiWei, qu’il a demandé à rencontrer, et pour qui il s’est rendu spécialement en Chine, pour quelques minutes seulement.

  Depeche Mode - Anton Corbijn

 

Captain Beefheart - Anton Corbijn

 

CINÉMA ETC

 

" Au fur et à mesure que je m'investis dans le cinéma, je me rends compte que le plus important, c'est la maîtrise de la narration." - Anton Corbijn 

 

En plus des nombreux clichés qui forgent sa réputation, Corbijn signe également des clips très réussis pour des artistes divers et variés, de Joni Mitchell à Coldplay. En 1983, il réalise son premier clip vidéo pour la chanson “Hockey” du groupe Palais Schaumburg. Il réalise par la suite des clips pour plus de quarante groupes de musique. Depuis 1986, il gère les scénographies et les pochettes de disque de Depeche Mode, avec qui il collabore souvent et dont il a contribué à fixer l'esthétique. Corbijn est notamment primé aux MTV Music Awards en 1993, pour le meilleur clip de l'année pour Heart-Shaped Box de Nirvana. Parallèlement, il travaille au sein de nombreux magazines, tels que Vogue, Rolling Stone et Details. En 1988, il publie son premier livre de photographies, Famouz
En 2007, il se lance dans le cinéma, se baladant avec désinvolture entre autobiographie et imaginaire, avec le brillant Control, où il revient sur la brève vie de Ian Curtis, chanteur de Joy Division, qui lui fait confiance à ses débuts et dont le suicide l’a beaucoup affecté. Depuis, il a réalisé The American avec George Clooney, A Most Wanted Man avec Philip Seymour Hoffman et Life, avec Robert Pattinson. Dans Life, Corbijn imagine la rencontre entre James Dean et Dennis Stock, le photographe qui, en 1955, réalise une série d'images mythiques du jeune acteur pour le magazine Life. Il connaît mieux que quiconque les coulisses de ces cérémonies mystérieuses entre un photographe et son modèle et en fait une matière à fiction fascinante.
 

 

Ces dernières années, il se rapproche de la peinture, du cinéma et se concentre sur des projets plus conceptuels. En 2015, il dit au revoir à la photographie avec son livre 1-2-3-4, titre qui renvoie à son amour de la batterie, et dans lequel il replonge dans ses archives et a sélectionné plus de 350 clichés qui ont marqué la carrière de ces musiciens. 

La sophistication brute de son travail et l’imaginaire rock qu’il a façonné explique que certains de ses clichés aient intégré une sorte de panthéon de l’iconographie rock et de la photographie. Mais c’est à sa recherche absolue de vérité et à la qualité de son regard que l’artiste doit véritablement son succès. Anton Corbijn offre une définition subtile et multiple du charisme, de la scène et de la figure du musicien; il a façonné autant de masques, conférant à ses modèles une aura insaisissable, qu’il n’en a fait tomber, en les dévoilant dans leur intimité la plus dépouillée. Voilà où se situe le travail photographique de Corbijn, quelque part entre sa fascination d’enfant pour l’univers impénétrable du rock, et sa quête de sens.

 

Giulia Gabriele




Voir l'article entier

GALERIE INCOGNITO AIME PETER LINDBERGH
GALERIE INCOGNITO AIME PETER LINDBERGH

octobre 27, 2021

"Bien que les humains voient la réalité en couleur, pour moi, le noir et blanc a toujours été lié à la vérité plus profonde de l'image, à sa signification la plus cachée. " Peter Lindbergh

Voir l'article entier

GALERIE INCOGNITO aime CHRISTO
GALERIE INCOGNITO aime CHRISTO

septembre 15, 2021

"Ce sont des projets liés profondément à la liberté. Les projets sont réalisés pour questionner notre notion de l'art. C'est une partie sincère de mon projet, qui crée un dynamisme, une force d'urgence d'être vu."- Christo

Voir l'article entier

GALERIE INCOGNITO fête les mères d'ALICE SPRINGS
GALERIE INCOGNITO fête les mères d'ALICE SPRINGS

mai 20, 2021

Originaire d'Australie, Alice Springs est la veuve de 96 ans de l’illustre Helmut Newton.  Ses portraits de mères et d'enfants  sont des plus surprenants, s'appropriant et désacralisant le motif béatifié de "La Madone et l'enfant". 

 

Voir l'article entier

Inscrivez-vous à notre newsletter